Suivez-nous : Icone-rss Icone-viadeo Icone-linkedin Icone-facebook Icone-google Icone-twitter
Accueil > Actualité > L'actualité de l'emploi > La formation, pilier de l’industrie du futur

La formation, pilier de l’industrie du futur

Date de publication : 14/06/2016
La formation est un enjeu pour l’emploi et la performance. Direct Emploi vous explique pourquoi elle est un pilier de l’industrie du futur.

Formation : un des cinq piliers de l’industrie du futur 

Le gouvernement Hollande s’est mobilisé en faveur de la réindustrialisation de la France. Retour sur quelques dates importantes pour l’industrie :
• 12 septembre 2013, le Président de la République lance la Nouvelle France Industrielle (NFI).
• 18 avril 2015, lancement de l’industrie du futur par le Président de la République avec les industriels, les universitaires et les régions.
• 18 mai 2015, Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, lance la seconde phase de la Nouvelle France Industrielle et présente 9 solutions industrielles à l’école des Mines de Nantes.
• 20 juillet 2015, le gouvernement crée l’Alliance Industrie du Futur.

Qu’est-ce que la Nouvelle France Industrielle ? C’est le projet d’une réindustrialisation française qui passe par la modernisation de l’outil industriel et la transformation du modèle économique via le numérique. Ce sont les entreprises qui sont acteurs de leur changement.

L’industrie du futur, elle, répond à un impératif de modernisation de l’appareil productif et d’accompagnement des entreprises industrielles. En effet, les entreprises doivent transformer leurs anciennes organisations, leurs vieux modèles d’affaires ainsi que leurs modes de conception et de commercialisation. Le numérique est l’outil qu’elles utilisent pour le changement.

L’Alliance Industrie du futur est une association loi 1901 qui regroupe 33 000 entreprises et 1,1 million de salarié. Elle a plusieurs missions notamment :
• Le rassemblement des compétences et des énergies d’organisations professionnelles, d’acteurs scientifiques et académiques, d’entreprises, de collectivités en vue d’assurer le déploiement du plan industrie du futur.
• L’organisation et la coordination des initiatives, projets ou travaux tendant à la modernisation de l’industrie par l’apport du numérique.
Son action est relayée via des plateformes régionales dans le but d’accompagner les PME-ETI sur le terrain.

Le projet de l’industrie du futur repose sur cinq piliers :
• Le développement de l’offre technologique pour l’industrie du futur
• L’accompagnement des entreprises vers l’industrie du futur
• La formation des salariés
• Le renforcement de la coopération européenne et internationale
• La promotion de l’industrie du futur

La formation des salariés de l’industrie du futur, un défi majeur

Vouloir moderniser l’industrie est un beau projet qui ne peut pas marcher sans la formation des salariés du secteur. En effet, si les salariés et les futurs travailleurs ne sont pas adaptés à la demande des entreprises, l’industrie du futur ne pourra pas fonctionner.

La formation est un défi majeur qui a pour objectif de faire monter en compétences les salariés de l’industrie, et notamment les jeunes générations. Il s’agit d’anticiper l’avenir en sensibilisant la société notamment les jeunes aux nouveaux métiers du secteur industriel. Le gouvernement doit donc mettre en place des stratégies pour informer et attirer les jeunes vers l’industrie du futur.

Les salariés doivent aussi avoir une formation pour accompagner la présence du numérique dans l’usine et la présence de robots industriels. Ces modifications du travail dans l’industrie doivent être accompagnées afin de garder des salariés performants.

Le gouvernement doit aussi revaloriser l’image du travailleur industriel dans l’usine. Vu comme un secteur de pénibilité, les jeunes ne sont pas attirés par les métiers de l’industrie. Pourtant, aujourd’hui, les entreprises souhaitent recruter des personnes qualifiées notamment sur des postes de cadres. Les profils techniques qualifiés en modélisation 3D ou en objets connectés sont de plus en plus appréciés par les recruteurs industriels.

Remplir les emplois créés par l’industrie du futur est donc le défi majeur auquel doit répondre la formation des salariés.

Le projet « Osons l’industrie », premier pas en faveur de l’industrie du futur

Le projet « Osons l’industrie » réponds au défi majeur de la formation des salariés. Lancé en mars 2016, à l’initiative du Conseil National de l’Industrie et de l’Alliance Industrie du Futur, « Osons l’industrie » est un portail internet. Il est créé pour informer les élèves et leurs familles sur les métiers, les formations et aussi les besoins de recrutement. Programmé pour une durée de 18 mois, c’est la première stratégie mise en place pour la formation. Le portail regroupe les nouvelles offres et les anciennes afin d’informer les élèves sur les filières qui existent.

En bref, la formation est un pilier de l’industrie du futur. Pour les sceptiques ou les passionnés, l’industrie du futur, c’est de nouveaux métiers et de nouvelles formations répondant à l’objectif de réindustrialisation de la France.
 

D'autres articles qui pourraient vous plaire

Travailler dans la métallurgie
05/09/2019
Cela est peu connu mais dans la métallurgie, la filière des métiers de la chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle est en plein développement. Plus de 5000 personnes sont recrutées chaque année du niveau ouvrier à ingénieur. Alors découvrez dans notre dossier ce qu’il faut savoir pour postuler dans ce secteur !

...




OtpiMiam, l’application anti-gaspillage alimentaire
31/08/2017
De plus en plus d’acteurs luttent contre le gaspillage alimentaire. Carrière Industrie vous présente Optimiam, l’application qui prend part à ce combat !

...